Interview avec Delgash Hussein

Published on
جمعه, 23/10/2015 - 16:27

Qui ?  Hussein Delgash
Vient de : Syrie 
Age : 29 ans
En Belgique depuis : 2012
Trajet en intégration à bon : 2013                                                                                                                                                                               

« J’ai 3 frères et 5 sœurs.  Deux de mes sœurs sont encore en Syrie avec mes parents.  Moi-même j’ai pris la fuite il y a trois ans.  J’ai un frère et une sœur au Liban.  Une autre de mes sœurs et son mari sont en Allemagne.  Deux de mes frères sont en Turquie.  Une autre de mes sœurs est en route.  Aucun de nous n’aurait quitté la Syrie sans la guerre.  En temps de paix Damas est une ville agréable.  En Belgique, par beau temps, les gens sortent en short munis d’un parapluie et d’une écharpe.  A Damas il fait toujours beau, la vie était belle. »                                                                                                                                                     

Comment était ta vie à Damas ?                                                                                                                                                                        

« Je suis né en territoire kurde mais j’ai habité à Damas pendant 17 ans.  J’y avais un salon de coiffure florissant.  Je travaillais dur et gagnais pas mal d’argent.  J’habitais chez mes parents et nous prenions les repas ensemble.  Avant de m’installer comme coiffeur j’ai travaillé comme tailleur.  J’ai été à l’école de 7 à 13 ans en arabe.  Arrivé ici j’ai dû apprendre l’alphabet latin.  J’ai d’abord suivi un cours en intégration après quoi j’ai étudié le néerlandais à Brusselleer. »                                                                       

Que fais-tu momentanément ?                                                                                                                                                               

« J’ai suivi un cours de base de 4 mois d’aide-cuisinier à la VDAB et je viens d’entamer la suite du cours.  J’aimerais trouver un emploi dans une cuisine collective.»                                                                                     

Tu apprends donc à cuisiner « belge »  Aimes-tu cette cuisine ?                                                                                                                                                                       

« Au début elle me paraissait étrange.  De toute façon je dois apprendre à me servir de nouveaux ingrédients.  Ce qui m’aide ici c’est un dico-photos représentant tous les ingrédients et les ustensiles de cuisine avec mention de leurs noms néerlandais.  Il y a beaucoup de plats que j’aime : la purée, la soupe aux tomates, le poisson frais ou fumé, les gaufres et les frites, bien sûr.  D’autres aliments ne me plaisent pas dont les choux de Bruxelles, les chicons et les poireaux.  Je dois encore découvrir bon nombre d’aliments.  Peut-être qu’un jour j’ouvrirai un resto syrien mais cela nécessite un gros investissement financier.  Je veux d’abord travailler et gagner de l’argent pour pouvoir aider ma famille.»                                                                                                                                                                                                                       

As-tu régulièrement des nouvelles de tes parents ?                                                                                                                                                                         

« Je me suis acheté un smart phone pour pouvoir les appeler.  Les attentats et les bombardements causent régulièrement des pannes d’électricité.  Ils ne disposent que quelques heures par jour de l’électricité.  Je ne pense pas qu’il leur arrivera quelque chose. Maintenant ils habitent un village où ils sont en sécurité.  La guerre et la violence sévissent en dehors du village.  Leur liberté de mouvement est restreinte mais je ne crains pas pour leur vie. »                                                                                

Comment es-tu arrivé en Belgique ?                                                                                                                                                                                     

« C’était un long périple.  J’avais un passeport et pouvais donc rejoindre la Turquie en voiture.  Une fois arrivé à la frontière j’ai pris le bus pour Istanbul.  Facile, je n’avais qu’à payer le billet.  Des trafiquants m’ont amené en Tanzanie et un peu plus tard au Kenya d’où je suis parti pour la Belgique.   Drôle d’itinéraire mais c’est ainsi.»                                                                                                                                                                                                             

Aimerais-tu que tes parents rejoignent eux aussi la Belgique ?                                                                                                                                  

« A vrai dire, non.  J’aimerais bien habiter près de mes parents et prendre soin d’eux mais ils sont trop âgés pour venir en Belgique.  Leur vie est là-bas.  La destruction des belles villes me fait mal ainsi que la mort des enfants suite à des coups de couteau.  Mais j’espère pouvoir rentrer en Syrie et que la vie y redevienne douce.  Tous les Syriens sont bons, c’est la guerre qui est laide. »