Retour en son et image sur le débat « Bruxelles accueille »

Published on
jeu, 22/05/2014 - 16:21

«Bruxelles accueille» fut un succès .  Huit politiques bruxellois ont débattu en français et en néerlandais face à une salle comble.  Nous reprenons les propos les plus remarquables.  Visionnez également les courts métrages et les photos sur facebook. 

A l’occasion de la décennie de l’intégration, bon a organisé un débat sur l’intégration sociale et civique.  Les politiques des deux communautés ont débattu devant une salle comble au Beursschouwburg.                                                                                                                                                                                

Aux messieurs, dames du N-VA, FDF, Open Vld, MR, Groen, Sp.a, Ecolo et CD&V, les questions suivantes ont été adressées: que signifie l’intégration à Bruxelles ?  Quel rôle y voyez-vous pour les communes et les CPAS ?  L’intégration est-elle un concept obsolète ?  Le cas Bruxelles est-il si particulier ou seraient-ce les politiques qui gonflent le problème ?

Le débat a été entrecoupé de quelques courts métrages des collaborateurs bon Jalloh et Farah ainsi que de quelques propos plus personnels avec le modérateur dans le fauteuil et par deux sondages SMS du public.

Avant le débat, 12% des personnes présentes ne savaient pas encore pour qui voter, après le débat ce chiffre est tombé à 1%.  Parmi les personnes présentes 65% étaient pour un parcours d’intégration civique obligatoire.

Khadija Zamouri (Open VLD)

  • Mes parents n’ont jamais suivi un trajet d’intégration.  Toute leur vie ils sont restés des handicapés sociaux à cause d’un manque de connaissance linguistique.  Il faut impérativement faire en sorte que les personnes puissent se prendre en charge.  Un coup de pouce puis, hop, «à toi de jouer».
  • Il est du rôle du ministre d’approcher le problème de façon transversale.  Bourgeois a failli en matière d’intégration.

Alain Maron (Ecolo)

  • Nous optons pour un « parcours d’accueil » et non pas pour un « parcours d’intégration ».  Il semble peut-être y avoir un consensus entre les politiques bruxellois mais en fait ce n’est pas le cas.  Quel est le but de l’intégration ?  La finalité de l’intégration n’est pas la même au sein des différents partis.  Nous avons besoin d’un accord de collaboration de fond entre les communautés : «Les communautés doivent se rapprocher à Bruxelles».

Brigitte Grouwels

  • Le multilinguisme doit être le point de mire pour tous les jeunes à Bruxelles.  Le bilingue (néerlandais et français) trouve toujours un emploi à Bruxelles.                                                                                                                               
  • Nous devons davantage développer ce que les communautés font d’ores et déjà à Bruxelles en ce qui concerne l’intégration.   La GGC/COCOM doit créer un système cohérent et servir de porte d’accès à la politique d’intégration à Bruxelles.

Alexia Bertrand (MR)

  • Du côté francophone nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes.  Le MR plaide depuis dix ans pour un « parcours d’intégration » en mettant l’accent sur « l’intégration » et non pas sur « l’accueil » ou l’assimilation.  
  • La  contrainte devient intéressante si elle est émancipatrice.  Ceci vaut pour l’éducation et pour l’intégration.

Bernard Clerfayt (FDF)

  • «La question n’est pas la langue que l’on parle à la maison, la question est:  est-on capable d’interagir en société ?»  Tout le monde ne doit obligatoirement être bilingue.                                                                                                                                     
  • Nous voulons que le travail des asbl néerlandophones et francophones existantes et leur expertise soient valorisés.

Elke Van den Brandt (Groen)

  • Pour nous la langue ne peut pas être une condition à l’ouverture d’autres droits (comme les logements sociaux, les jobs dans le secteur public, par exemple).                                                                                                                                                
  • Faisons de l’intégration un costume bruxellois sur mesure des Bruxellois.

Liesbeth Polspoel (sp.a)

  • L’intégration est réussie lorsque les jeunes d’origine étrangère trouvent une place par eux-mêmes.  Mais il me semble que nous sommes loin du compte et que la discrimination reste une réalité.                                                     
  • L’intégration doit être organisée au niveau régional, au sein de la GGC/COCOM.   

Karl Vanlouwe (N-VA)

  • En Flandre l’intégration est obligatoire depuis déjà dix ans, à Bruxelles non.  Ce sont dix années de perdues.  Heureusement la COCOF opte à présent aussi pour l’intégration obligatoire.                                          
  • Pour nous le caractère contraignant est important.  En pratique l’intégration peut être organisée au sein des deux communautés.